Retour au listing

Les produits capillaires aux silicones se retrouvent bien trop souvent dans les salles de bains : alors utilisés pour donner une belle apparence aux cheveux (brillance, démêlage ou douceur) ils sont devenus routine courante pour beaucoup de personnes.

Seulement voilà : outre leur impact écologique très négatif, les silicones (et/ou ammoniums quaternaires) ne font que donner une apparence très artificielle au cheveu. 

Le premier constat concernant les silicones est que ceux-ci gainent et recouvrent les cheveux, ce qui les étouffe par la même occasion sous une couche impénétrable : sous cette couche artificielle, le véritable aspect du cheveu est masqué ! 

Après des années passées à utiliser des produits conventionnels, on ne sait plus à quoi ressemble un cheveu sans silicones : par conséquent opérer une transition vers des soins naturels se fait parfois difficilement. 

Ce qu’il se passe pendant une transition en Bio

Femme aux beaux cheveux blonds

Lorsqu’on réalise une période de transition, cette démarche retire peu à peu les couches successives de silicones, et le véritable état du cheveu finit par se révéler : secs, cassants ou ternes. La transition prenant un certain temps pour que le cheveu retrouve sa vitalité, on peut penser que l’usage de produits naturels n’apporte rien de bon au cheveu. 

Alors ne jugez pas trop vite vos nouveaux produits Bio… ! 

Car l’état observé pendant une transition n’est pas dû à l’utilisation de produits plus sains… mais bien à une utilisation prolongée de produits qui ont « camouflé » sans réparer. En réalité il faut parfois quelques semaines de soins avec des produits naturels avant de voir des résultats positifs et c’est tout à fait normal. Dans certains cas il peut même être nécessaire de passer par une coupe car les cheveux sont trop abîmés : si le passage au naturel est un choix plus sain pour les cheveux, il ne fait pas non plus des miracles… 

 

Quid de la mousse, souvent moins abondante ? 

Dans les produits conventionnels les tensioactifs sulfatés sont légion : ce sont ceux qui, à l’usage, permettent la formation d’une grande quantité de mousse. Cette mousse symbolise dans l’imaginaire collectif une preuve de l’efficacité du nettoyage : « plus il y a de mousse, plus mon shampooing lave »… même si c’est faux ! 

Le problème est que l’abondance de mousse, ajoutée au potentiel irritant de ces tensioactifs, sensibilise le cuir chevelu. Or, par réflexe défensif, celui-ci aura naturellement tendance à regraisser plus rapidement. Et donc l’utilisateur augmentera la fréquence de ses shampooings. Ce qui aura pour conséquence d’irriter de plus en plus le cuir chevelu… Bref, c’est sans fin !

Propolia® n’utilise ni silicones, ni ammoniums quaternaires, ni tensioactifs sulfatés dans ses produits de soin capillaire.